AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 save yourself

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ta bouille de survivant :
Zombies tués : 182
Survit depuis le : 10/04/2016

MessageSujet: save yourself    Mar 7 Mar - 22:35

EPISODE ONE - IN THE DARK

Il faisait noir, tout noir. Tellement noir, qu'avoir les yeux ouverst ou fermés ne faisait pas de différence. L'ombre l'englobait et la dévorait lentement. Elle avait perdu toute notion du temps, ne pouvant pas vraiment se fier à la lumière du jour pour cela. Deux jours? Trois? Qui sait. Parfois elle se mettait à avoir très froid, sans doute signe qu'il s'agissait de la nuit. Mis à part ses vêtements, elle n'avait rien d'autre pour se couvrir. Rien à manger, rien à boire. Que le vide d'une petite pièce à quatre murs qu'elle avait exploré rapidement lorsqu'on l'avait jeté à l'intérieur pour l'y enfermé. Couchée contre le sol, elle contemplait donc le vide, comme s'il s'agissait d'un passe-temps efficace. À vrai dire, le temps était long et douloureux. Elle ne comprenait toujours pas pourquoi ses hommes s'en était pris à elle. Est-ce qu'il y avait vraiment une explication de toute façon? Voilà bien des jours qu'elle survivait seule sur la route, sans réel problème. Parce qu'elle se débrouillait bien. Elle était maline, elle était forte. Elle avait passé une partie de sa vie dans la rue. Rien de nouveau, mis à part les morts-vivants. Les rôdeurs avides de chaire fraîche. Elle n'avait pas peur d'eux, une fois qu'on savait comment les tuer, ce n'était pas si compliqué. Ils n'étaient pas particulièrement intelligents non plus. Sauf que voilà, cette fois-ci, elle était tombée sur des humains. Oh elle avait bien tenté de fuir, s'éloigner d'eux le plus rapidement possible pour ne pas avoir des ennuis. Mais ils l'avaient trouvé. Ils l'avaient capturé. Comme un simple objet que l'on récupère sur le bord de la route et qui n’appartient pas à personne. Un vulgaire déchet que l'on jette ensuite dans une boîte. Elle en avait entendu suffisamment pour comprendre que ce groupe n'était pas amical et que personne ne voulait du bien. Chen y était habituée. Tout le monde lui voulait du mal, ça n'avait jamais de fin. Jusqu'à présent, personne ne lui avait tendu la main. Personne sauf...

Elle renifla avant de se retourner péniblement sur le côté pour changer de position, afin de chasser la douleur de son dos. Hum. Personne sauf lui. Il était le seul et l'unique. Et il n'était pas là, ce pourquoi elle se força pour le repousser mentalement. Non, elle pouvait se débrouiller seule. Elle le savait, elle n'avait pas besoin de personne. Tout le monde la décevait un jour ou l'autre, valait mieux être seule à tout jamais et s'éviter de souffrir à cause des autres. Seule, seule, seule. Difficile de savoir si c'était parce qu'elle commençait à devenir folle dans ce noir absolu, mais ses pensées s'embrouillaient de plus en plus. Chenoa était épuisée. Elle n'avait plus la force de se tenir debout. Son estomac vide avait cessé de faire du bruit, comme s'il s'était résigné à demeurer dans cet état. Cette sensation était horrible. Elle se sentait carrément mourir lentement. Oui voilà, elle était en direction du cimetière. L'avaient-ils vraiment kidnappé que pour l'enterrer quelques jours ensuite? Elle ne le savait pas. Elle ne savait plus rien. Un soupire s'échappa de ses lèvres froides. À quoi pouvait-elle encore s'accrocher? À la vie? Mais quel vie? Elle n'existait plus depuis longtemps. L'humanité se mourrait. Tout n'était plus qu'une question de survis et guerre contre la mort. Rester en vie, mais pourquoi faire? Y avait-il seulement un espoir que tout redevienne comme avant? Même la race humaine perdait de son humanité. Il n'y avait pas de retour en arrière possible rendu là. Peut-être l'avait-on oublié. Oui voilà. Une fois de plus on la laissait derrière. Même les méchants se foutaient bien de son sort. Au fond, elle avait peut-être une belle mort. Qui sait. S'endormir et ne plus jamais se réveiller. Succomber à la fatigue, au froid et à la faim. Ce n'était pas si dramatique. Pas pour une sans abris en tout cas. Elle ferma les yeux une fois de plus, ne sachant pas vraiment si elle serait capable de les rouvrir. Elle était prisonnière. D'elle-même, de cette pièce, de la vie en général. Après s'être farouchement battu pour ne jamais se laisser enfermer dans rien. Ironique. Le chat avide de liberté retournait dans sa cage. Au point de départ. Seule.

Chen faisait un mauvais rêve, de ceux qui vous plonge dans un état de malaise profond. Il y avait un énorme orage, elle se battait contre le vent et la pluie, avec la peur au ventre. Elle n'avait jamais aimé les orages. Le grognement imposant du tonnerre, les éclairs qui déchirent le ciel d'encre et l'air qui s'alourdissait. Cette fois-ci, dans son rêve, elle cherchait la bonne direction à prendre. Prise au piège par la météo, elle paniquait de plus en plus de ne pas réussir à retrouver son chemin. Elle était perdu au milieu de nulle part. Une sorte de grande ville fantôme qui n'offrait pas d'abris. N'ayant pas personne à ses côtés pour la réveiller, la pauvre continuait de serrer les poings en tentant de se débattre contre son esprit perturbé. Elle n'entendit pas la porte s'ouvrir, presque silencieusement. Ni même le petit filet de lumière qui pénétra la pièce sombre. Et elle sentit à peine le pied qui s'appuya dans son dos pour bouger un peu son corps endormi. « Elle est toujours vivante » La voix semblait lointaine, perdu dans l'orage de ses rêves. Est-ce qu'elle hallucinait ses paroles? Probablement. Ce n'était qu'un stupide rêve après tout. « Elle n'a pas été mordu, sinon elle se serait déjà transformé » Nouveau grognement de tonnerre. Peu à peu, elle avait tout de même l'impression d'être lentement tiré de son sommeil. Comme si la réalité refaisait surface, morceau par morceau. « Reste à voir ce qu'on pourra en tirer » Une chute d'eau froide contre son visage la tira très brusquement de son sommeil. Que se passait-il? Où était-elle? Qui ou quoi? Quelqu'un lui avait versé un verre d'eau à la gueule, volontairement. Elle ouvrit les yeux, avant de se glisser contre le mur, reculant le plus loin possible des silhouettes présente. Étourdis par la fatigue, elle cligna plusieurs fois des yeux avant de réussir à discerner quelque chose. Deux hommes? La bouche pâteuse, elle avala sa salive sèche, regrettant de ne pas avoir ouvert la bouche pour réussir à boire un peu de cette eau qu'on lui avait versé sur la tête. Muette comme une tombe, elle releva la tête dans leur direction, aveuglée par un simple rayon de lumière. Chose qu'elle n'avait pas vue depuis un baille. Hum. L'un des étrangers déposa une bouteille contre le sol, ainsi qu'un bol. L'odeur de nourriture remonta rapidement jusqu'à son nez. Elle dut se retenir de force pour ne pas se lancer dessus et le dévorer en quelques secondes. « On reviendra plus tard » Méfiante, elle ne bougea pas d'un poil, les observant partir sans un mot de plus. Une fois de nouveau seule, Chenoa se traîna doucement vers l'eau et le bol de nourriture. Ainsi donc, on la voulait vivante. Elle ne savait pas trop ce qui était le pire avec cette nouvelle. Les mains un peu tremblantes, elle porte l'eau à ses lèvres. C'était étonnamment vivifiant. Elle toussa une fois la bouteille vide, reprenant son souffle. S'il y en avait eu plus, elle se serait sans doute noyer dedans sans problème. Elle s'attaqua ensuite à bouffe. Du riz blanc avec un mélange de ce qui semblait être du poisson ou alors du thon. Quelque chose comme ça. Peu importe ce que c'était, elle en avait de besoin. C'est sans gêne qu'elle lécha le fond de son bol avant de finalement le reposer dans son coin. Ouf! Son ventre lui faisait mal tellement elle n'était plus habituée de le nourrir. Prise de crampes, elle se recoucha rapidement contre le sol. Tant pis si ça faisait mal, elle se sentait quand même plus vivante qu'avant. Elle retrouvait ses sens, c'était bon signe. Qu'allait-elle faire maintenant? Parce que se laisser mourir ne semblait plus être une option. On la voulait vivante. Elle soupira. Et merde. Ça n'annonçait rien de bon. Combien de temps encore passerait-elle dans ce trou? Quoi qu'il en soit, elle allait devoir y réfléchir sérieusement. S'échapper? Les combattre? Se soumettre et survivre? Tenir tête? Hum.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

save yourself

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Ship Arriving Too Late To Save A Drowning Witch (1982)
» Save The World Awards 2009 dédiés à Michael Jackson.
» Save Pictures
» save tonight / harmonie du morceau
» JACK SASS BAND SAVE YOUR LOVE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Negative One :: 
Around Savannah
 :: Around the world :: AUTRE
-